La vraie vie d’une hôtesse de l’air chez Emirates.



Etre hôtesse de l’air était mon rêve depuis toujours; le fait de voyager, découvrir le monde, manger asiatique puis brésilien, faire du vélo à Central Park puis à Rottnest Island en Australie, acheter ma crème à Séoul puis mon mascara à Paris, faire du parapente à Rio de Janeiro et du snorckling aux Maldives… Grâce à cette expérience inoubliable qui a duré 3 ans, j’ai pu réaliser tous mes rêves les plus fous ! J’ai eu la chance et l’opportunité de rencontrer des gens fabuleux, de manger des choses incroyables ( ou pas ! ) mais ça a été aussi pour moi les 3 années les plus épuisantes physiquement, celles qui ont joué avec ma patience jour après jour, celles qui m’ont fait ne pas dormir pendant 52H ou 24H ou 30H …
Mais ça se passe comment en vrai ? De ma nuit de sommeil à la préparation; du briefing à l’atterrissage; de l’uniforme à la tenue prévue pour mon escale. Je vous dévoile tout !


Le planning « Roster »

Je recevais mon planning le 16 de chaque mois pour le mois suivant. Nous avions une application spécialement conçue pour notre planning appelée  » CREW PULSE « , dessus on y trouve nos vols, nos jours de repos, nos vacances, nos collègues et leur planning également, tout ça pour le mois. En cliquant sur un de nos vol on peut savoir qui volera avec nous (sachez qu’il était très rare de voler avec des gens que l’on connait et encore plus avec des amis), à quelle heure, dans quel hôtel on restera, la longueur de l’escale et le temps qu’il fait à destination !

Il est possible d’échanger des vols avec d’autres collègues via le site internet qui nous est dédié, on appelle cela « SWAP » et on pouvait le faire 3 fois par mois (apparemment ça aurait changé !). Il est par contre très dur d’échanger des vols, il faut souvent y passer des heures. Il faut faire la demande aux collègues et qu’ils acceptent, évidemment, mais avant ça il faut que ce soit légal. C’est à dire qu’il faut échanger des vols qui soient à peu près dans les mêmes zones horaires; on ne peut pas changer San Fransisco pour Tokyo par exemple, sauf si on a beaucoup de jours de repos avant et après, et que le collègue avec qui vous voulez l’échanger en ait également beaucoup. Il faut également qu’il y ait 16H de repos minimum avant chaque vol, sinon PAF pareil ce n’est pas légal. Autant dire que des centaines de règles existent et c’est ce pourquoi il n’est pas facile de faire du troc !
Il est possible aussi de faire des demandes de destinations. Avant que le planning ne sorte, on peut faire 5 demandes; par exemple pour le mois de décembre : 1. Paris 2. Jours de repos du 20 au 24 (sachant qu’on peut avoir que 5 jours de repos à la suite) 3. Chili 4. USA 5. Tokyo. Le premier est notre premier choix et ainsi de suite. Il est possible de choisir une ville ou bien un pays ou carrément un continent.

Mais quelles sont les chances d’obtenir ce que l’on veut ? Chaque mois nous avons un classement qui va de 1 à 7. Si au mois de décembre je suis n°7 j’ai très peu de chance d’obtenir ce que je souhaite donc le mieux est de demander des destinations peu convoitées ( comme Paris par exemple lol). Si je suis en 1 au contraire c’est là que je tente le tout pour le tout, comme le Japon par exemple (qui est très demandé); car je devrais attendre de nouveau 6 mois avant d’être re numéro 1. Et ainsi de suite !

Avant un vol

Le repos

Avant chaque vol il faut évidemment gérer son repos. Si par exemple mon vol décolle à 23H30, je dois être au Headquarter (où se fait le briefing, à côté de l’aéroport) 2H avant. Il fallait donc en général que je me lève pas loin de 3H30 avant mon vol. Donc pour le vol de 23H30 debout à 20H pour 1H de préparation et 30 mintutes de trajet (peu varier en fonction de l’heure et des bouchons)

Donc si je me lève à 20H il faut que j’ai réussi à dormir au moins 5H (c’était le but minimum) Malheureusement ça ne se passe pas toujours bien comme ça, des fois j’arrivais à dormir que 2H ou même que 30 min ou bien pas du tout.

Ma technique était en général de me lever très tôt le matin pour réussir à dormir l’après midi pour les vols de nuit. Des fois ça marchait, des fois non… Et quand ça ne marchait pas… OUCH … si il fallait faire un vol de 14H, je savais d’ores et déjà que ça allait être très compliqué !

La difficulté première de ce boulot c’est le sommeil.

La préparation

Préparation de la valise la veille ou bien avant de dormir (suivant le timing) . Alors il faut savoir qu’au départ je mettais au moins 30 minutes à la préparer. Mais à la fin, avec l’habitude et le je m’en foutisme ( il faut le dire ) en 10 min c’était baclé. Il faut prendre en compte la destination évidemment, la saison ( qui varie d’un pays à un autre ) et le nombre de jours où l’on restera dans le pays.

Après le réveil, direction la salle de bain. Après la toilette de base, le maquillage – fond de teint, rouge à lèvre rouge, yeux maquillés, ongles vernis – puis, enfilage de l’uniforme avec bas de contention ( attention ultra sexy mais obligatoire sinon merci les varices ! ) jupe, chemise, ceinture, chaussures. Enfin la coiffure, chignon oblige ou bien petite queue de cheval si les cheveux sont trop courts ou bien même cheveux détachés si coupe au carré. Enfilage de la veste et hop direction le bus ! Il faut savoir que des bus sont mis à disposition pour nous emmener au Headquarter gratuitement, des bus Emirates, spécialement pour les crews.

Au Headquarter

Arrivés au Headquarter, nous attendons, assis que les portes pour aller au briefing s’ouvrent. Il y a des écrans avec tous les vols, et dès que notre vol devenait vert sur l’écran cela signifiait qu’on pouvait y aller. On passe le badge à la Egate, puis on s’enregistre sur des bornes (il faut s’enregistrer comme vous les passagers !) on reçoit notre étiquette bagage et hop on met la valise sur le tapis !
On passe la sécurité, comme dans les aéroports: valise cabine sur le tapis, montre, chaussures… !

Direction la salle de briefing, des écrans là encore nous indiquent quelle salle pour quel vol. Une fois dans la salle, on attend tous les collègues, ceux qui travaillent en économie d’un côté, business d’un autre et première classe avec le Purser. Le purser est le chef de cabine principal. Ensuite il y a un chef de cabine pour l’économie et un pour la business.
Le briefing consiste à tout d’abord commencer à connaitre avec qui on travaille, connaitre les détails du vol ( durée, turbulences annoncées, spécificités …) ainsi que les détails de certains passagers ( passagers avec des handicaps, des précisions sur certains passagers qui ont pu être irrespectueux sur le vol précédent, les malades etc…) Durant le briefing, le chef de cabine vérifie les documents de tout le monde (passeport, vaccins, carte d’identification Emirates, carte de droit de vol …) Chacun doit également répondre à une question de sécurité afin d’être sûr que chacun est apte à pouvoir assurer la sécurité des passagers. Nous avons, 1 fois par an, SEP, ce qui signifie que 1 fois par an nous sommes de nouveau entraînés et évalués sur le médical, l’avion et ses spécificités, les possibles dangers tel que le feu, atterrissage d’urgence…

Une fois le briefing terminé nous nous dirigeons tous vers un bus qui lui nous emmènera directement à l’avion.

Une fois dans l’avion

Avant le décollage

Lorsque nous arrivons dans l’avion, nous rangeons notre valise cabine, nos chaussures plates et tenues de services. Après cela, direct je mange un truc ! Nous avons des chariots dédiés au personnel de bord, sandwichs, soupes, fruits…
Une fois bien remplie, c’est l’heure de la « security search« , cela dure 10 min top chrono et suivant la position dans l’avion qui nous a été attribuée nous devons vérifier toute la partie de l’avion, voir que tout va bien.
Nous ne nous occupons pas du ménage, d’autres personnes en sont en charge.

Une fois que tout est en règle, nous faisons signe au personnel de sol que nous sommes prêt pour l’arrivée des passagers.

L’embarquement des passagers est très compliqué. C’est le plus horrible pour nous ! Les gens sont perdus, ne parlent pas anglais ou bien même sont déjà énervés à peine entrés dans l’appareil ! On peut s’attendre à tout. Se faire siffler, se faire engueuler parce que « je ne suis pas à côté de mon mari » , se faire prendre pour de la merde, se faire ordonner de mettre leur valise (beaucoup plus lourde que le poids autorisé) dans les compartiments à bagages. ET J’EN PASSE !

Une fois (ENFIN) l’embarquement terminé, c’est le moment pour nous de distribuer les menus. S’ensuit la vidéo de sécurité, où nous devons rester debout pendant 10 min à sourire comme des godiches (enfin, le sourire est optionnel, suivant comment s’est passé l’embarquement) .

Préparation pour le décollage, on vérifie que tout le monde est bien attaché et respecte bien les conditions montrées dans la fameuse vidéo. Il faut savoir que ce n’est jamais arrivé qu’il faille ne rien dire à personne, tant les gens n’écoutent rien !
Souvent j’ai du m’énerver quand certaines personnes ne voulaient pas s’attacher ! et on te regarde comme si tu étais une attardée et on te dit  » je fais ce que je veux » mouahahahaa ! Le bonheur !

Bref ! c’est l’heure de décoller, je me mets sur mon petit siège « jumpseat » et j’attends le décollage ! Il existe pour nous une période pendant le décollage où nous n’avons pas le droit de parler; ce qui est assez compliqué si la personne en face de nous nous parle et que nous ne voulons pas paraître impolie !

Dans les airs

Après le décollage, on se met en tenue de service et hop, on prépare le service ( repas, collation ou boissons suivant le vol ) . Pour ce qui est des plats chauds nous avons en général le choix entre 2 options (sauf pour les vols très courts). Nous distribuons en premier les repas spéciaux ( végétariens, sans gluten … ) les repas bien relous quoi.
C’est assez long à préparer, c’est pas toujours facile, surtout quand on nous interrompt à chaque fois, ou bien qu’on a pas dormi et qu’on vient de passer un embarquement horrible…
Mais c’est pas grave, on y va ! on va dans la cabine pour essayer d’être aimable et sourire ( des fois ça se passe super bien, certains vols, les passagers sont plutôt cool et respectueux; mais des fois…….. ) Bon, on fait quelques rangés et là… J’ai plus de poulet, il me reste que du boeuf. Merde alors ! quelle cata ! Le passager me dit que c’est hors de question, que c’est inadmissible… Alors je fais quoi ? je m’excuse et suis gentille alors qu’en vrai … c’est pas l’envie qui me manque de lui faire bouffer le poulet par les trous de nez.
Les gens oublient souvent qu’on a pas de ferme à disposition ! J’suis pas cuisto non plus ! on est dans un avion pas un resto 5* ! Faut pas l’oublier.


Bref, on fini le service, j’ai la dalle, mais bon, non, pas encore, parce qu’il y a le monsieur de 18B qui me demande un chocolat chaud que je dois préparer à la demande… et y a la dame de 45K qui veut un autre café. Puis y a aussi 67D qui me demande un doliprane… ETC ! bref, j’ai pas de mémoire, ça va être galère.
Aller, c’est la pause, je mange (enfin, quand je dis pause… c’est en même temps que de servir de l’eau pour 23B et donner un jus de fruit pour 87J …)
Et puis là, il y a ce génie qui arrive, et qui veut aller aux toilettes en essayant de rentrer dans le placard qui fait 50cm de hauteur. Je réfléchis encore…
Il y a aussi celui qui arrive à faire ses besoins (les gros besoins) sur le plafond… Comment ? Je sais toujours pas… Ou bien, ces gentils passagers respectueux qui mettent leur plateau dégueulasse par terre et quand tu arrives, te le montre du doigt.



Si le vol dure plus de 11H, nous avons le droit à du repos. Nous avons dans l’avion un endroit pour nous, avec des couchettes pour nous reposer. Nous devons au préalable nous changer en pyjama ( un pyjama Emirates ) puis dormir aux heures demandées. Suivant la longueur du vol on peut se reposer entre 1H et 4H. Sachant que les 4H sont très très rares. J’ai fait le vol Dubaï – Auckland, donc plus de 16H de vol et on a eu juste 3H de repos. Donc autant dire qu’il faut être réveillé 13H tout de même, parfois sans avoir réussi à dormir avant le vol … Chaud !

Aller, c’est bientôt l’heure de l’atterrissage et il faut se préparer et préparer la cabine pour que quand j’atterrisse ( après ces heures de vols ) je n’ai plus qu’à sortir de l’avion ! Donc je « tente » de ramasser les couvertures; je dis bien je tente car… beaucoup ont encore froid et ne veulent pas me la donner. Mais il faut savoir, que si nous faisons certaines choses, c’est qu’il y a une raison. Chaque couverture non ramassée avant l’atterrissage est du temps de perdu de repos pour moi sur mes pauvres 24h d’escale. Même histoire pour les écouteurs. Ce sont des petits détails auxquels on ne pense pas tant qu’on y est pas confronté.
Sécurisation de la cabine et vérification que tout le monde soit bien attaché. Rebelote. Je me rassois sur mon jumpseat et je prie pour qu’on atterrisse vite !

Après l’atterrissage

Après l’atterrissage, on attend que tout le monde débarque puis nous ramassons ce que les gens n’ont pas voulu nous donner. Nous rassemblons nos affaires et hop on sort de l’avion ! De l’air ! On prépare notre passeport, on passe la douane, on récupère notre valise et direction le bus qui nous attend (si il est pas en retard). Suivant où se situe l’hôtel on peut faire entre 40min et 2h de route (surtout à New York et les embouteillages ! ), puis, suivant l’heure qu’il est, on peut soit dormir et profiter le lendemain, soit il faut profiter direct et dormir… plus tard ! Mais si c’est une nouvelle destination qu’on a jamais fait, qu’on demande depuis 6 mois … Qu’on ai pas dormi avant le vol, fait 15h de vol, pas dormi pendant le vol non plus, et qu’on arrive il est 10H du matin.. Il faut se faire violence !


Ce métier est fabuleux et m’a fait découvrir des choses que je n’aurais jamais vu sans lui. Mais il n’est pas toujours facile de rester patient, quand t’as pas dormi depuis 45H, qu’on te hurle dessus parce que monsieur n’a pas eu son végétarien pour ses 1H de vol… C’est très dur de gérer les décalages horaires, le manque de sommeil, l’irrespect des gens, que je ne pensais pas possible à ce point. Et après tu rentres chez toi, seule, loin de ta famille dans un pays complètement différent et vraiment spécial. Tu loupes tous les noëls, les anniversaires et mariages. Tu voyages, vois des millions de choses mais que tu partages avec personne.


23 réflexions sur “La vraie vie d’une hôtesse de l’air chez Emirates.

  1. Article super intéressant ! Tout y bien expliqué ! Toujours un plaisir de te lire! Comme depuis le début de cette folle aventure chez Emirates ✈️

    Aimé par 1 personne

  2. Eh ben, ça doit être ultra-fatigant tout ça ! Et palpitant ! Je suis par contre tellement triste pour cet irrespect sans queue ni tête dont font preuve certains passagers (comme ailleurs)… pfff
    Et donc maintenant, vous passez à autre chose ? 🙂

    Aimé par 1 personne

  3. J’ai du mal à comprendre également cet irrespect… qui est mondial ! Heureusement que certaines personnes sont adorables; ça rééquilibre un peu 😊
    Alors je devais travailler pour une autre compagnie, mais à cause du Coronavirus mon offre d’emploi a été annulée 🙁
    J’essaie de trouver un travail autre en attendant mais c’est plus compliqué que je ne pensais ! Merci d’être passé en tout cas c’est très gentil d’avoir pris le temps de me lire 😊

    Aimé par 1 personne

  4. Depuis mon plus jeune âge j’ai toujours pensé que les hôtesses de l’air avaient une vie de rêve, mais en voyageant un peu je me suis aperçu de la réalité,bravo Claire pour ton récit passionnant et surtout bon courage pour l’avenir.

    Aimé par 1 personne

  5. Super article qui me permis de découvrir un peu plus du métier et surtout des comportements insoupçonnés de la part des passagers ! Comme dans tous métiers il y a du bon et du moins bon, mais bravo pour votre courage 😊

    Aimé par 1 personne

  6. Intéressant et sympa à lire. Merci Claire pour ce petit récit bien raconté, et bon courage pour la suite :).

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.